Deux semaines à caresser le grès en Jordanie

De retour de mon séjour en Catalogne à la mi-février, j’ai eu juste le temps de suivre la formation continue des Experts en escalade sportive J+S et de régler quelques taches administratives: la date de départ pour la Jordanie était déjà fixée pour le 24 février! J’ai donc eu la chance de passer deux semaines à grimper dans le désert du Wadi Rum avec trois amis. L’équipe était béton: trois Prof. d’escalade et un Guide! Grace aux conditions favorables, malgré la température élevée, nous avons pu grimper plusieurs classiques dans la région. Les magnifiques murs du désert captent l’œil attentif des grimpeurs: partout on reconnait les lignes logiques où les explorateurs verticaux ont effectués les premières ascensions. Au « Rum » on ne s’improvise pas grimpeurs du dimanche: il faut pratiquement toujours protéger les longueurs, et sur les grands classiques on doit aussi équiper les relais!

Une journée dédiée à l’escalade en longues voies

Le printemps est arrivé et les vacances de Pâques s’approchent à grand pas. Pour Philippe et Sonja c’était donc le temps parfait de profiter d’un cours d’escalade afin d’acquérir les manipulations de corde de l’escalade en longues voies.   D’abord, tout a été appris et exercé au sol et dans des voies d’une longueur. L’après-midi, les deux ont pu grimper leur première longue voie sur la Dalle du Tirage à La Neuveville.   Nous vous souhaitons plein de plaisir à la découverte des nouveaux horizons verticaux !

En route pour Taghia

Le Projet Maroc 2015 avait deux grands objectifs: l’ouverture du bas d’une nouvelle voie de plusieurs longueurs dans les montagnes du Rif et la réalisation d’un documentaire exposant une thématique actuelle du village berbère de Taghia.

En route pour Taghia propose une approche au village et à ses habitants diffèrent par rapport à la plus grande partie des vidéos qu’on trouve sur le web.

Il est intéressant de se poser la question, avec l’imminente construction de la route reliant Taghia au reste du monde, quelles dynamiques vont changer dans l’équilibre de la population locale…

Un grand remercîment à Arnaud Petit et Stéphanie Bodet, ainsi que les habitant du village qui nous ont accordé leurs impressions.

Bonne vision !

Deux semaines en Grèce à Leonidio

Quand nous avons décidé de passer nos vacances de Noël à Leonidio, nous n’avons pas encore une idée précise de ce lieu. Sur internet nous trouviez des rumeurs, que Leonidio pourrait être facilement la plus grande région européenne de la grimpe qui n’était pas encore équipée. Ce rumeur plus la perspective de trouver un climat favorable à la grimpe en hiver, du soleil et la plage, nous a donné l’envie de regarder un peu plus proche. Nous avons alors planifié notre petit trip avec l’dée d’équiper et grimper beaucoup de voies…

Topo et Infos sous: Climbing Leonidio

Rendez-vous l’année prochaine!

Sektor Elona - lang, länger, am längsten...
Secteur Elona – long et encore plus long…

Sektor Elona hat per sofort zwei Aufwärmrouten
Secteur Elona a maintenant deux voies pour s’échauffer

Sektor Elona hat per sofort zwei Aufwärmrouten
Secteur Elona a maintenant deux voies pour s’échauffer

Routenplanung beim Frühstück: Welche Mehrseillänge machen wir heute?
Planification de la journée: Quelle longue voie est-ce qu’on fait ajourd’hui?

Treffpunkt der Kletterer: das Panjika
Point de rendez-vous des grimpeurs: le bar Panjika

Auch für die Vertikal-Liebhaber gibt es Fels!
Aussi pour les amateurs « de la verticale » il y a de la falaise!

Fels, Sonne und Meer, so hatten wir uns das vorgestellt.
Falaise, soleil et la mer, c’est exactement ce qu’on cherchait.

Pause tut auch mal gut...aber bei der Aussicht bleibt man auch in der gemütlichen Hängematte nicht allzu lange liegen.
Faut aussi reposer parfois…mais pas trop longtemps, il y a des voies superbes qui attendent!

 

Tout en haut

Suite à la première ascension de notre voie « Spéléologie », on prend la route vers le Sud: direction Marrakech. On est bien fatigué et on a planifié de rester quelques jours en ville pour se reposer et pour passer un peu de temps avec des amis.

Mais la météo a des autres idées : le seul beau jour de la semaine est annoncé seulement 3 jours plus tard. Alors la décision est vite faite : Ce jour-là, on veut être sur le point le plus haut de l’Afrique de nord !

Alors on renonce le plan de Wellness dans un hôtel de luxe et déjà deux jours plus tard nous reprenons la route vers l’Atlas.

Imlil
Imlil, point de départ pour les randos de ski

Arrivé à Imlil, qui est le village de départ pour les randonnées montagneuses, on s’organise un guide avec une mule. Il nous amène jusqu’au début de la neige, depuis là on monte dans une ambiance solitaire et silencieuse. Arrivé à la gîte d’étape à 3000m, on se retrouve entre canadiens, autrichiens et britanniques et on se sent presque comme aux Alpes.

Zustieg Toubkal Maultier
Pas de télésiège ici…

Le lendemain, mardi 3 mars, on est à midi au sommet du Jbel Toubkal (4167m) avec un ciel bleu et une vue simplement magnifique !

Jbel Toubkal (4167m)
Jbel Toubkal (4167m)

La descente par les couloirs de la face nord nous offre de belle neige jusqu’à 2200m (sous conditions normales il faut enlever les skis déjà à 2800m)… Le passage le plus expo de la course? Traverser la rivière une fois que on a du enlever les skis!

Descente Toubkal
Descente par les couloirs

There is no I in Team

Réussi! On a fait 4 longueurs. Comme on a planifié depuis le bas. Voilà le témoignage :

Tout d’abord il y a la fatigue qui nous frappe après le deuxième jour dans la falaise. Car de se lever à 7h et d’aller au jumar au lieu de travail, ça fait presque envie de faire une journée de pause ou même de changer d’hobby.

IMG_1666_2
Temps de rêver

 

Ensuite il y a la perspective de Jasmin à propos de notre projet. Elle était principalement sous le point de vue de l’assureur. Car elle a fait l’expérience de ne pas pouvoir tenir une seule seconde la perceuse de 5 kg au-dessus de sa tête. Alors pas de chance de faire un trou de 10 cm dans le rocher. Voici sa description de poste:

« Assureuse professionnel » : Ne pas perdre Armando une seconde de vue, afin de pouvoir l’assurer de manière optimale en cas de chute.

« Conseiller personnel » : Aider Armando en cas de prise de décision. Par exemple, s’il doit grimper plutôt à droite ou à gauche, si c’est mieux de mettre un point plus haut ou plus bas, etc.

« Logisticien » : Délivrer toute sorte de choses par la corde de matériel: la perceuse, les spits, des dégaines etc.

« Psychologue » : Gérer toutes sortes de situations de stress. Mais bien souvent on partageait ce rôle car j’avais découvert mon talent pour casser des prises…

« Observatrice »: Même en ayant des tâches remplies de responsabilité en tant qu’assureur, on a aussi beaucoup de temps pour réfléchir.

IMG_1668_2
7a – 4ème longueur

 

 

Alors, après toutes ces heures dans le baudrier, j’ai commence de me poser la question suivante : Est-ce que celui qui assure fait tout autant d’effort que celui qui perce les trous ? Du coup, après 20h au relais, j’avais envie d’un changement des rôles, pour ne plus devoir penser à quel point mon travail est-il utile. 3 points plus loin j’avais la réponse. La perceuse ne devient pas plus légère, ni le rocher plus mou, même avec les encouragements du partenaire et la colère, en se sentant trop faible pour percer.

Il faut donc laisser de côté son égoïsme et voir la chose comme elle est : finir les longueurs avec l’esprit d’équipe : l’un perce les trous et l’autre assure.

Dernière Longueur

Warning: For Speleologist’s only

Il pleut depuis trois jours sans interruption. On a fait du rangement, on a lu et discuté si ça vaut la peine d’attendre encore. Le quatrième jour on commence en avoir marre d’attendre le beau temps qui est annoncé pour le jour suivant. Alors on décide à grimper au moins la première longueur, qui correspondent à une 6a déjà équiper, et installer une corde fixe.

Comme on s’y attendait bien, la paroi dégouline d’eau, mais au moins la pluie s’atténue gentiment.

C’était tout mouillé!

On s’amuse bien après ces 3 jours de « fossilisation » dans le bus, même qu’on n’a pas forcément envie de grimper tous les jours sur du caillou mouillé. En effet, notre ligne ressemble à une grotte avec tous ces trous et colonnettes et on se sent presque comme des spéléologues.

Relais de la 6a

Cuisine marocaine

 

 

Ce matin ce ne sont pas les doux rayons de soleil qui nous réveillent mais une forte pluie. Notre bus Archibald se fait bousculer dans toutes les directions par des rafales de vent. Après une heure de balançoire avec Archibald, nous décidons d’entamer la journée en se faisant un bon café (italien!).

Mais qu’est-ce que c’est ? La bombonne de gaz n’a pas envie de faire de feux. Voici l’équation logique : Pas de gaz > pas de feux. Pas de feux > pas de café (italien!). Pas de café (italien!) > une journée perdue.

Nous essayons rapidement de démonter la cuisine et de tout reconstruire pour trouver le problème. Malheureusement notre cuisine n’est pas un ordinateur, et donc il ne suffit pas de l’éteindre et de la rallumer. Du coup nous l’abandonnons et nous décidons d’aller à Chefchaouèn, la ville la plus proche.

Mister Kapuze

 

Etre arrivé là-bas, on a vite fait de trouver le gaz pour le camping, mais sans les accessoires. On en cherchera durant les six prochaines heures sans succès.

Trempé jusqu’aux os et fatigué, on décide de s’arrêter au moment où un monsieur capuchon se dirige vers nous en offrant son aide. Environ une heure plus tard et on y croyait presque plus, monsieur capuchon nous montre fièrement quelque chose qui ressemble à un réchaud !

A 21h07 on inaugure notre nouvelle cuisine marocaine : c’est l’heure du café (italien!).

Cuisine marocaine

Enfin un peu de caillou

Encore le dernier mouv’ et c’est réussi. Armando clippe le relai d’une voie qui, selon les marquages sur rocher est quoté 7b+, selon topo A 7c et selon topo B 8a. Malgré la visite des grandes voies par des grands grimpeurs américains, l’escalade sportive est encore en plein développement.

7b, 7c ou 8a?

D’ailleurs, comme le sympathique Abdul, qui est en rénovation complète de son gîte. Pour nous ça tombe bien, car on peut se garer devant son chantier. Durant les premiers jours, nous profitons du soleil, des falaises, du thé marocain sans oublier d’explorer la région. La vie peut être si simple !

Enfin du caillou!